Aven de la Bulle

Département : LOT ET GARONNE (47)

Commune : GAVAUDUN

Coordonnées kilométriques Lambert Zone 2 étendue :

X : 483,811

Y : 1952,247

Altitude : 177 m

Carte IGN : 1938 OUEST

Type de calcaire : CRETACE Coniacien (C 4)

Calcaires bioclastiques jaunâtres à niveaux gréseux et calcaires marneux jaunâtres en profondeur.

Développement : estimé à 150m

Profondeur : estimée à -17 m

Description : gouffre situé sur un joli plateau qui domine le village de Gavaudun. Le petit orifice qui est situé au fond de la doline à une profonfeur de 9 m environ donne accès tout d'abord sur un ressaut de 4 m environ. Ensuite on trouve une galerie sinueuse et pas très spacieuse qui se transforme vite en laminoir à cause de la quantité importante de terre de surface qui est rentrée. Plus on avance, plus on a de la place pour progresser. La galerie se transforme peu à peu en avançant et prend de la hauteur mais une étroiture empêche toute progression au delà de 40 m environ. Il y aurait moyen de courcicuiter cette étroiture en creusant un laminoir situé sur la gauche et qui rejoint la galerie 5 m plus loin.

La suite est visible est ressemble à une galerie en forme de sérurre de 2.5 m de hauteur. Cel raisonne derrière...

Remarque : les eaux de pluie du plateau se déversent dans le gouffre. Il est donc déconseillé de pénétrer dans le laminoir dans les périodes humides où en cas de gros orages. La présence régulière de CO2 dans le laminoir a aussi été remarqué. Il faut y faire très attention.

Sorties :

? janvier 2006 (Benoit ROUSSEL, Valérie ZABE, Fabienne GAUBERT, Michel GANDIN, Nicolas ESCURAT, Sylvie KOCHEL)

1ère descente dans cette belle doline qui nous impressionne tous. Le fond est un peu colmaté suite à un glissement de terrain mais Michel passe en premier et tombe sur un ressaut qu'il descent. La suite est imfranchissable en l'état. Et on ne voit vraiment pas comment faire, il faudrait un artificier.

Mais nous sommes motivés ce jour là. Benoit, Michel et Moi s'occupons d'élargir le passage à grand coup de masse... Et ça marche plutôt bien malgré notre faible progression de seulement quelques mètres. Arrêt sur un laminoir de 10 cm de haut. Un virage nous empêche de voir la suite...

? février 2006 (Michel GANDIN, Jean Pierre PIAMIAT et les filles)

Désobstruction du début du laminoir et arrêt sur bifurcation de la galerie car il est tard. Le laminoir semble franchissable 1 m plus loin et on voit sur 5 m...

26 février 2006 (Wilfrid MALINOWSKI, Nicolas ESCURAT)

Le trou souffle aujourd'hui.

Nous progressons lentement dans le laminoir car il faut désobstruer régulièrement le passage. Un retournement est possible au bout de 15 m environ ce qui est rassurant. On bute sur une étroiture à environ 35 m du ressaut de 4 m alors que l'on voit que la suite est pénétrable. Et ça raisonne !!!

samedi 4 mars 2006 (Alban ROUSSEAU, Marc DELLUC, Damien ?, Nicolas ESCURAT)

Nous pénétrons tous dans le gouffre dans le but de shunter l'étroiture au fond du laminoir. On en profite aussi pour agrandir à la massette certains passages. Après quelques efforts, on s'apperçoit qu'il ne sera pas possible de réaliser cette déviation par le petit passage de gauche. Le laminoir est vraiment trop bas et infranchissable. Il faudra faire appel à Gilles pour faire péter tout ça!!!

Surprise!!! Le retour s'annonce plus pénible que l'aller car nous ressentons la présence assez importante de CO2 dans le laminoir. Je pense que nous avons tous les quatres consommer une bonne partie de l'oxygène mais il faudra tout de même se méfier la prochaine fois car ce n'est peut être pas la raison principale...

dimanche 12 mars 2006 (Gilles PALUE, Alban ROUSSEAU, Marc DELLUC, Damien ?, Nicolas ESCURAT)

1er tir explosif au fond du laminoir. Le résultat du tir se fera dans 15 jours afin de vérifier si l'étroiture est désormais franchissable. La galerie qui fait suite raisonne et change d'aspect. C'est une galerie haute de 2.5 m en forme de serrure. Seule la partie haute est pénétrable.

Gilles, Damien et moi avons pris notre bain de boue dans le laminoir à cause des pluie importantes de la semaine. Il parait que c'est bon pour la forme. Ceci pour dire qu'il faudra prochainement agrandir ce laminoir pour des raisons pratiques si la suite deviens intéressante.

A noter que nous avons très bien respirer aujourd'hui.

dimanche 26 mars 2006 (Michel GANDIN, Benoit ROUSSEL, Alban ROUSSEAU, Marc DELLUC, Damien ?, Nicolas ESCURAT)

Rassemblés tous autour du gouffre, nous commençons à descendre un par un afin de regagner le début du laminoir. Nous avons décider tout d'abord d'évacuer la boue qui s'est installée dans une cuvette juste avant le début du ramping. Michel et Benoit commencent le travail.. Je descend le ressaut à mon tour pour les rejoindre et je leur demande si ça va. Michel me répond alors d'un air essoufflé qu'il ne récupère pas bien de ses efforts et Benoit me le confirme a son tour...

Diable de CO2 !!! On a maintenant la confirmation que le trou ne ventille pas régulièrement. Pourquoi? Va falloir donc ce farçir encore ce satané laminoir à la vitesse escargot si on veut vérifier le résultat du tir.

On se décide alors avec Marc de se jeter à plat ventre et en avançant très lentement. Il nous faut presque 20 min arriver au bout ; moins de 2 mètres à la minute ENORME!! Heureusement, on est content de voir que les 2 tirs ont fonctionné à merveille. On peut passer si on veut mais franchement aucun de nous deux n'a la force de le faire. On arrive tant bien que mal a extraire quelques blocs pour lisser le passage mais on arrête vite par prudence. Il y a tout de même encore une légère odeur liée à l'explosion d'il y a 15 jours. On décide alors de faire demi-tour.

Décidemment, ce trou ne veut pas lacher ces galeries facilement. Mais Marc a une idée pour la prochaine fois...

dimanche 9 avril 2006 (Michel GANDIN, Marc DELLUC, Damien ?, Nicolas ESCURAT)

Marc nous a ramené le matos... Un magnifique ventillateur que l'on va connecter sur le secteur grâce à une ralonge!!! Il nous tarde d'aller essayer ce genre d'équipement.

Tout d'abord, nous descendons au fond de l'effondrement tout le matériel nécessaire. Il va être nécessaire d'étanchéifier tout ceci afin de garantir le résultat souhaité. Une bache plastique ainsi que de l'argile devrais faire l'affaire. Il faut souligner le beau travail de Marc qui nous a paufiner tout ça.

Bon, c'est parti, Damien et moi même descendons dans le trou et c'est Marc qui s'occupera de son bijoux.

On remarque desuite le souffle d'air dans le laminoir. L'air est frais et nous respirons à merveille. On a aucun problème à faire des efforts enfin!!!

Après avoir déblayé les différents blocs issus du tir réussi de Gilles, nous entamons la progression. On espère grandement de faire beaucoup de première mais il n'en est rien. On a fait seulement 12 m environ. Une coulée bouche en effet toute la partie haute de la galerie. Le bas étant impénétrable, on se rend vite à l'évidence qu'il faudra faire appel aux services de Gilles.

On remarque que l'air propulsé par le ventillateur sort derrière la coulée par la partie basse de la diaclase. On entend un sifflement et un raisonnement sourd qui indique que cela continue bien.

Ce fichu trou nous en fait voir! Mais à bientôt...

Il faut remarquer que l'air a refoulé très peu de temps après l'arrêt des ventillateurs. Cela indique bien qu'il y a du vide quelquepart et nous savons peut être maintenant quelle est la cause de la mauvaise ventilation du trou.

Dernière remarque, les parois au fond de la galerie sinueuse nous indiquent avec certitude que la mise en charge est totale lors des crues. Ca fait glouglou dans le dos.

mercredi 27 décembre 2006 (Alban ROUSSEAU, Marc DELLUC, Damien ?)

Après une trève de plusieurs mois, nous revenons à nouveau équipé d'explosif. Il faut dire que Damien et Alban sont revenus avec leur diplome d'artificier dans leur sac...

Tout d'abord, ils ont bien agrandi le premier passage afin de pouvoir par la suite creuser le laminoir car il s'est un peu rerempli au départ à cause des fortes pluies.

Ensuite, Marc et Damien partent au fond pour faire péter la coulée qui obstrue la diaclase du terminus actuel. Ils remarquent avec joie que pas mal de vase s'est déposé sur les parois. Que du bonheur!!!

A suivre...

1 PHOTO en ligne !

Cliquez sur la vignette pour ouvrir l'image